Recherche
 
Vous êtes ici :   Accueil > La Nuit de la chouette
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Calendrier

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.natvert.fr/data/fr-articles.xml

Nuit de la Chouette : les rapaces nocturnes de la Presqu’île d’Arvert.

le groupe

Une fois n’est pas coutume, c’est à la tombée du jour que nous nous sommes retrouvés autour de Dominique Ceylo, grande spécialiste et amoureuse des rapaces, pour participer à cette manifestation qui a maintenant une envergure européenne.

on écoute les explications de notre guide

Nous attendons la nuit pour partir à  la découverte de ces oiseaux qui restent bien mystérieux pour la plus part d’entre nous. L’occasion pour Dominique de nous les présenter.

Les rapaces sont des oiseaux carnivores qui doivent donc capturer leurs proies. D’où l’étymologie de leur nom (rapere : emporter). A cette fin ils sont équipés de serres puissantes pour saisir et transporter, d’un bec crochu pour déchiqueter, et d’une vision très largement supérieure à la nôtre, puisque par exemple le circaète  arrive à distinguer un serpent dans l’herbe alors qu’il vole assez haut dans le ciel.

Les rapaces ont toujours fasciné les hommes, on peut se reporter à la mythologie égyptienne (le Dieu faucon Horus par exemple), mais cette fascination s’accompagnait jusqu’à peu d’une haine farouche. Ils étaient détruits parce qu’ils étaient censés s’attaquer au gibier. En fait la majeure partie de leur alimentation est constituée de micro-mammifères, voire d’insectes pour les plus petits. Ils sont maintenant entièrement protégés, et cette protection s’applique non seulement aux oiseaux vivants, mais également aux oiseaux morts (pas de naturalisation) et à leur site de reproduction.

Les rapaces nocturnes partagent ces caractéristiques mais ont leurs propres particularités : la vision, même si leur pupille est adaptée à la vision nocturne, ne leur permettrait pas seule de chasser. Ils ont une ouïe très développée qui leur permet de percevoir le moindre bruit d’un mulot en déplacement.

Leur masque facial plat caractéristique concentre tous les sons vers les deux oreilles internes. Leurs yeux sont fixes mais ils ont la possibilité de tourner la tête jusqu’à 270°, ce qui fait qu’un oiseau peut vous regarder tout en vous tournant le dos. Enfin pour mettre toutes leurs chances de leur côté, leur plumage est particulier, très duveteux, et leur garantit un vol inaudible.

Dominique nous présente à l’aide de planches de photos les espèces présentes chez nous.

Celles que nous n'entendrons pas : le petit duc Scot, parce qu’il n’est pas encore revenu de migration, il est nicheur chez nous, son chant plaintif et répétitif est facilement identifiable ; le hibou des marais, qui lui est hivernant chez nous et est reparti sur ses lieux de reproduction plus au nord ; la chouette chevêche. Cette petite chouette est bien présente en pays Royannais, mais Dominique et moi n’avons pas réussi à la débusquer tout au long des 4 séances de prospection préparatoires à cette soirée.

Celles que nous entendrons peut-être : la chouette hulotte, qui n’a pas entendu son hululement, au moins au cinéma … la chouette effraie, dite aussi la dame blanche, avec son « visage » en forme de cœur et son plumage très clair. Elle, malheureusement, on la voit souvent tuée au bord des routes, fauchée par des voitures alors qu’elle cherchait à capturer un micromammifère. Enfin le hibou moyen duc avec ses fausses oreilles emplumées.

La nuit est tombèe, nous partons donc pour notre périple : quatre étapes, à Dirée et à Saint Augustin. Avec des consignes strictes de silence …

Le principe est de faire écouter aux oiseaux des enregistrements de leurs chants territoriaux. C’est la «repasse », à utiliser parcimonieusement parce que bien évidemment, c’est une perturbation pour eux, qui sont actuellement en pleine période de reproduction. Un mâle qui entend le chant d’un congénère sur son territoire viendra voir et répondra. Tout au moins en théorie … Les hulottes se sont montrées coopératives, l’effraie s’est manifestée furtivement, le hibou moyen duc s’est fait entendre très très loin.

Mais qu’importe, il y avait un superbe lever de lune, et si les oiseaux étaient relativement silencieux, les grenouilles et autres crapauds créaient l’ambiance.

la lune se lève

Merci à Dominique pour cette balade et ce partage de connaissances.

Vous pouvez télécharger les planches de photos ici.


Date de création : 06/04/2015 08:06
Dernière modification : 06/04/2015 08:06
Catégorie : - CR Sorties Nature
Page lue 7687 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !