Recherche
 
Vous êtes ici :   Accueil > La Pointe de Suzac
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Calendrier

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.natvert.fr/data/fr-articles.xml

Très belle luminosité ce samedi matin pour découvrir en compagnie de Jean Marc Thirion le magnifique site de la Pointe de Suzac.

Propriété du Conservatoire du Littoral il a été réhabilité et aménagé pour offrir maintenant un superbe sentier en bord de falaise et la possibilité de faire une promenade riche en découvertes  botaniques.

le groupe Jean Marc

Deux milieux de facies très différent se côtoient en fonction du relief : là où des dépressions permettent l’accumulation de sable sur le socle calcaire, c’est une forêt très dense qui se développe, alors que sur les affleurements calcaires seule une pelouse sèche peut se maintenir.

Forêt de Suzac Pointe de Suzac

Jean Marc commence par nous montrer les stades précurseurs de la forêt : ourlet de ciste à feuilles de sauge et de garance voyageuse qui forment une végétation rase, puis une strate buissonnante où on retrouve comme arbustes caractéristiques le troëne et le saint-bois, et enfin la forêt de pins et chênes verts.

C’est une végétation de type méditerranéenne typique de notre littoral charentais. Les plantes ont utilisé la vallée de la Garonne  pour remonter de la Méditerranée jusqu’à nous, aidées par les geais et les mulots sylvestres, grands disséminateurs de graines.

Cette forêt n’a évidemment pas vocation de production sylvicole, elle est très ancienne dans sa partie proche des marais puisqu’elle existe depuis le 18 ème siècle. Près du littoral il y avait des cultures de vignes qui ont cédé la place aux cabanons de touristes dans les années 50. Le rachat des terrains par le Conservatoire du Littoral a mis fin à cette pratique et la forêt reprend peu à peu ses droits.

Nous empruntons un sentier étroit bordé de chênes verts à la silhouette en « drapeau » du fait des embruns et du vent, et d’arbustes : osyris blanc, rosiers persistants, viorne lantane, fragons.

Plus vers la Pointe , le calcaire affleure et la végétation est tout autre. C’est un autre habitat, pelouse sèche calcicole, que nous découvrons.

Faute de troupeaux de moutons, la pelouse est régulièrement fauchée et les résidus sont évacués pour éviter les risques d’incendie et pour ne pas modifier le substrat. Une expérience en cours montre que le nombre d’espèces présentes est fonction de la fréquence de fauche. La flore est plus diversifiée si la coupe est plus rapprochée. Jean Marc connait bien ce milieu puisqu’il a conduit un inventaire pour le Conservatoire en 2010. Il nous montre plusieurs variétés typiques de ce milieu, par exemple la badasse, la vipérine des Pyrénées, l’origan, le lin des Cathares, l’épiaire droite, un rosier, rosa stylosa, peu commun, etc…la liste est trop longue à énumérer.

Sur la falaise aussi, la végétation est présente : les lichens colonisent le calcaire, mais aussi des végétaux de taille plus conséquente, comme par exemple les choux maritimes, malheureusement passés fleur. Une autre station se trouve plus bas dans l’estuaire à Mortagne. Après avoir difficilement tenté de les voir sur les falaises, nous en découvrirons un pied au bord du sentier.

Immortelle chou maritime

Retour aux voitures, non sans que Jean Marc ne nous ait conté la folle vie de l’azuré du serpolet …

Merci à lui, pour toutes ses explications et la passion qu’il nous transmet.

cardoncelle


Date de création : 05/07/2016 17:44
Dernière modification : 05/07/2016 17:44
Catégorie : CR Sorties Nature - CR Sorties Nature
Page lue 2347 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !