Recherche
 
Vous êtes ici :   Accueil > Le parc Pertuis - Gironde : mort déclarée
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Calendrier

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.natvert.fr/data/fr-articles.xml


  Après une attente de presque une année en 2012, le projet de décret de création du Parc Naturel Marin n'a pas été signé (par les Ministres concernés).

 La presse nationale a rapporté fin novembre 2012, les choix du gouvernement : création d'1 seul parc marin (Picardie) et gel des autres projets pour raisons économiques (coût de 2,5 millions d'euros / parc).

  Essayons d'éclairer les raisons d'un tel choix :
Le contexte économique pèse lourdement sur la décision, mais on peut remarquer qu'aucune solution à moindre coût n'a été recherchée. En effet la création d'un parc engendre la création d'une structure nouvelle autonome (25 à 30 pers) venant se superposer aux strates déjà existantes (Etat, Région, Départements, Organisations professionnelles, territoriales, etc...) . Le PNM n'aurait-il pas pu fonctionner en mode transversal en animant les structures existantes locales à moindre coût ?
Il paraît assez clair que le dossier charentais-girondin a souffert d'un manque de motivation générale :
  • querelles de chapelles (pêcheurs d'Oléron, ostréiculteurs, activités du tourisme, agriculteurs qui n'y voyaient que des contraintes supplémentaires),
  • écran au projet de terminal gazier au Verdon, 
  • lobbying inexistant de nos politiques auprès des ministères contrairement à leurs homologues Picards.
  • manque réel d'ambition et de volonté des populations (participation très faible à l'enquête publique)
Il n'est donc pas étonnant que le choix contraint du gouvernement se soit détourné de notre région.
  Nous avons d'ailleurs remarqué que depuis cette décision, aucun commentaire, ni  regret de la part de nos responsables politiques et territoriaux, n’a été publié. Ceci tend à démontrer le niveau de leur engagement pour ce projet.
   Le projet de Parc Naturel Marin n'avait-il donc aucun intérêt ?
 Nous sommes nombreux malgré tout, à affirmer que cette situation est catastrophique pour la région Poitou-Charentes.
  En effet le Parc Naturel Marin représentait une opportunité formidable en instaurant :
  • le dialogue et l'échange entre tous les acteurs du littoral pour définir les lignes directrices d'une utilisation équitable et respectueuse des milieux marins,
  • la mise en commun des savoirs (universitaires et professionnels de la mer)
  • la vision collégiale de l'avenir en préservant les ressources, les emplois et en préconisant un développement raisonné des activités.
La perte du travail entamé depuis plus de 3 ans dans le cadre du projet, est énorme. Elle est d’une part très démotivante pour l'ensemble des acteurs qui, pour la plupart, s'étaient engagés bénévolement avec passion dans la construction d'un projet utile, enrichissant aux plans des connaissances scientifiques, des savoir-faire professionnels et des contacts humains.

    Plusieurs dangers vont se révéler : l'égoïsme corporatif, la perte de civisme ( ex des déchets), l'indifférence, le chacun pour soi, la loi du plus fort...
   Livré aux mains des prédateurs en tous genres, le littoral, mais aussi la qualité de vie ne peuvent que se dégrader. Jusqu'où cela nous entraînera-t-il avant qu'un sursaut citoyen fasse prendre conscience de la gravité de la situation?
 Ne sera-t-il pas trop tard ?
 Sommes-nous à l'abri d'un nouveau projet désastreux pour notre littoral (Terminal gazier ou pire), le Parc Naturel Marin nous manquera très cruellement par le poids que ses préconisations collégiales auraient représenté, alors que nos responsables politiques auront perdu toute crédibilité.

JP BOISNARD

Date de création : 20/02/2013 14:26
Dernière modification : 20/02/2013 18:26
Catégorie : - Parc Naturel Marin
Page lue 12078 fois


Réactions à cet article

Réaction n°3 

par mc le 26/10/2013 21:35

Trois projets risquent d'avoir à long terme des répercussions sur l'estuaire de la Gironde: le creusement d'une nouvelle passe Ouest à travers le banc du Matelier, une étude pour une extraction de granulats de très grand étendue au large de l'embouchure, une autre extraction de granulats en face de la pointe du banc de sable de La Coubre. Si le Parc Naturel Marin avait été créé, une large concertation aurait lieu sur ces projets et le Port Autonome de Bordeaux ne serait par seul à décider.
Le président Tallieu s'en émeut aujourd'hui. Les politiques locaux ont-ils suffisamment pousser à la création du PNM ?

Réaction n°2 

par Aline le 08/03/2013 22:55

Bonjour Je suis partagé sur l'utilité de ce parc Marind'une par protéger l'environnement est toujours une bonne chose et pour les gros dossiers consensuels tel le terminal gazier effectivement le parc marin aurait été un bon outilsmais pour la gestion quotidienne il y a peu de chance qu'il fut possible de trouver des majorités consensuels trop de corporatismes de groupes de pression etc.. Ce constat étant:  C'est finalement le pouvoir politique qui aurait été amené à trancher comme c'est le cas aujourd'hui. Et c'est la raison de mon doute sur l'opportunité d'un tel outils.    

Réaction n°1 

par mh le 23/02/2013 09:37

"lobbying inexistant de nos politiques auprès des ministères "
Je ne pense pas, je crois au contraire que le lobbying  a été très fort, mais contre le projet.